L'Atelier Protestant

PROCHAIN ÉVÉNEMENT DANS :

Chargement Évènements

LE MONDE COMME JARDIN

7
Mar
16:00h - 18:00h
42 avenue Joffre, SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS
France
libre participation

Informations pratiques

Date :
7 mars
Horaire :
16:00h - 18:00h
Adresse :
42 avenue Joffre, SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS
Prix :
libre participation
Organisateur :
Jeunesse et Culture Protestante
Téléphone :
Courriel :

« All Events

– Exposition –

LE MONDE
COMME JARDIN

Cultiver la terre, cultiver l’humain : une question de sens…

Tout jardin exprime une vision du monde, un rapport particulier à la terre et une compréhension de soi et d’autrui. Cette exposition vous propose d’explorer les dimensions spirituelles de ces relations à travers des jardins de différentes époques et différentes cultures.

————————————————

Vernissage samedi 7 mars à 16h

Exposition ouverte
les dimanches de 10h à 12h – Entrée libre

————————————————

Église protestante unie

42 av. Joffre, 94100 SAINT-MAUR

Contact : 06 13 43 50 95 ou jcp_94@sfr.fr

Cette exposition a été conçue et réalisée par Jean-Luc Duchêne, Marie-Noële Duchêne,
Dominique Hernandez et Patrice Rolin, en 2019 en partenariat entre L’Atelier protestant
et l’Église protestante unie en Vallée de Chevreuse.


Contact@latelierprotestant.fr


LE MONDE COMME JARDIN

Descendons aux jardins
Les rapports que nous entretenons avec la terre en la cultivant pour la nourriture ou l’agrément ne sont pas simplement rationnels et techniques. Du jardinier amateur à l’agriculteur industriel en passant par le paysan traditionnel, des fleurs sur le balcon aux jardins royaux, ce sont à chaque fois des compréhensions du monde et de soi, des philosophies, voir des spiritualités qui s’expriment, même si elles ne sont pas formulées.

Les jardins bibliques
Comme beaucoup d’autres, les traditions bibliques témoignent de l’importance symbolique du jardin : l’épopée biblique commence dans le jardin d’Eden, planté par Dieu, où l’humain est à son tour institué jardinier ; et c’est dans le jardin urbain de la Jérusalem céleste que la fresque s’achève. Entre ces deux extrémités, le jardin du Cantique des cantiques, le jardin des Oliviers, Géthsémané et le jardin de Pâques où se promène un Christ-jardinier…

Les traditions bibliques héritent bien sûr des jardins moyen-orientaux qui, de
Babylone à la Perse, ont inspiré notre paradis. Paradeisos, un mot grec dérivant du perse pardes qui désigne un espace luxuriant clos, un lieu d’agrément protégé où l’eau coule et où la nature dispense ses bienfaits.

À travers l’histoire
Cette symbolique se déploie au Moyen-Âge dans le jardin des cloîtres dont le puits central figure la source de vie et les allées qui en rayonnent, les quatre fleuves d’Eden irriguant la terre. De leur côté, les jardins d’amour, les allégories du jardin de l’âme et du clos marial s’inspirent du Cantique des cantiques.

La civilisation musulmane a elle aussi repris et développé l’art du jardin oriental comme lieu propice à la spiritualité. Une riche tradition qui a donné lieu l’exposition “Jardins d’Orient, de L’Alhambra au Taj Mahal” à l’Institut du monde arabe à Paris.

Sous d’autres horizons, plus orientaux encore, les jardins zen sont conçus comme des lieux où tout doit favoriser la méditation intérieure. Et la tradition philosophique n’est pas de reste, elle qui fait du jardin le lieu où, depuis l’Antiquité, on peut rencontrer la sagesse, le jardinage devenant métaphore de la réflexion du sage.

On le sait moins, mais la Réforme protestante fut elle aussi l’occasion de réflexions originales à propos des jardins. Inspirés par les récits bibliques de création, partageant l’émerveillement du Psaume 104, et dans la ligne de Calvin qui voyait dans le théâtre de la nature un don de la grâce, des réformés comme Bernard Palissy, Jean de Léry, Olivier de Serres ou Guillaume de Saluste ont imaginé et parfois expérimenté des approches novatrices de l’horticulture (Les jardins : utopie huguenote ? Foi & Vie n°3/2008).

Plus près de nous il y a les jardins classiques “à la française”, puis le jardin
romantique, ou le jardin anglais qui tend à donner l’illusion du naturel. Apparaît aussi le jardin botanique qui collectionne et classifie.

Une question contemporaine
Qu’ils soient lieux de spiritualité, de plaisir ou d’étude, qu’ils soient l’expression d’un rêve de maîtrise ou de la nostalgie du paradis perdu, tous ces jardins témoignent dans leur diversité de changements dans la compréhension du monde et les rapports à la création.
Sans doute sommes-nous aujourd’hui à un nouveau moment crucial de l’histoire multimillénaire des jardins. Les jardins partagés ou les potagers urbains se développent dans certains quartiers manifestant que la question des rapports à la terre nous est aujourd’hui posée de façon aigüe.

L’exploration de ces jardins et des pensées qui les façonnent est le fil conducteur de cette exposition “Le monde comme jardin” conçue par L’Atelier protestant en collaboration avec la paroisse de Palaiseau-Vallée de Chevreuse sous le titre “Le monde comme jardin”.

Patrice ROLIN
animateur de
L’Atelier protestant

 

 

Événements à venir

placeholder+image